dimanche, 17 décembre 2017 18:00

Les parcs de Yoyogi et de Ueno

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Ma journée sera concentrée sur deux parcs de la capitale tout en faisant deux petits détours.

Il ne fait pas beau. Le soleil n'est pas au rendez-vous, mais il faut que je me change les idées après avoir travaillé sur l'ordinateur durant deux jours, enfermé. Il est temps de sortir un peu.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le parc Yoyogi et le Meiji-jingu, j'avais fait différents articles sur le sujet. Ils datent de mon voyage de 2015. Vous trouverez les liens en fin d'article ou en cliquant directement sur les noms écris ene bleus.

Je me rends au parc Yoyogi. Je l'avais déjà vu lors de mon premier voyage au Japon, mais je souhaitais le revoir avant mon départ de Tokyo. Mais j'avais oublié qu'il était proche du sanctuaire Meiji-jingu. Je décide donc de faire le petit détour.

Meiji-jingu

Entrée du Meiji-jingu
Entrée du Meiji-jingu

Toujours avec beaucoup de monde, même pour un mois de décembre où le froid prédomine avec son petit vent frais, je déambule dans les larges allées. J'arrive au niveau des barils de sakés et des tonneaux de vin.

Allée du Meiji-jingu Barils de saké du Meiji-jingu Tonneaux de vin du Meiji-jingu
Allée et les barils de saké, tonneaux de vin du Meiji-jingu

Puis le sanctuaire se dresse face à moi. J'aime et apprécie toujours autant cet endroit. 

Torii d'entrée du Meiji-jingu Entrée du Meiji-jingu
Entrée du Meiji-jingu

Temple dédié aux âmes de l'Empereur Meiji et de sa conjointe l'Impératrice Shôken, il a été créé en 1920. Suite au décès de l'Empereur Meiji le 30 juillet 1912, et de son épouse l'Impératrice Shôken, le 9 avril 1914, le Meiji-jingu, sanctuaire shintoïste, a été construit à la suite des efforts de tous les japonais pour commémorer les vertus et les qualités de l'Empereur et de sa femme.

Sanctuaire Meiji-jingu Sanctuaire Meiji-jingu Sanctuaire Meiji-jingu
Sanctuaire Meiji-jingu

Je n'y passe pas beaucoup de temps vu que ce dernier m'est compté, mais le sanctuaire vaut le détour et ceci même s'il y a du monde. Si vous voulez vous y rendre, essayer le week-end, car parfois des mariages traditionnels y sont célébrés. Cela doit être quelque chose à voir et de beau. Vous trouverez aussi le jardin du sanctuaire, Meiji-jingu Gyoen, où pour 500 ¥ (~ 3 € 75) les portes vous seront ouvertes.

Le parc Yoyogi

Vient le moment de quitter les lieux pour ma destination initialement prévue : le parc Yoyogi.

Entrée du par de Yoyogi Entrée du par de Yoyogi
Entrée du par de Yoyogi

Cela sent le début de l'hiver, les arbres commencent à ne pratiquement plus avoir de feuilles. Certains résistent encore et toujours à l'envahisseur : le froid.

L'arbre qui résista à l'envahisseur
L'arbre qui résista à l'envahisseur

Ce lieu est prisé des Tokyoïtes le week-end alors lors de ma venue, en semaine, c'est très calme. Il faut avouer aussi que le froid ne donne pas non plus trop envie de sortir.

Le parc Yoyogi au mois de décembre Le parc Yoyogi au mois de décembre
Le parc Yoyogi au mois de décembre

Calme, je marche dans les différentes allées. Un moment sur le béton, un autre sur l'herbe ou du moins ce qu'il en reste. Le croassement des corbeaux est incessant, mais à la longue on s'y fait facilement ou du moins, je m'y suis habitué depuis mon arrivée dans la capitale nippone. Si vous venez, vous constaterez par vous-même, ils sont présents en très grand nombre. Pour en apprendre davantage sur le sujet : les corbeaux à Tokyo.

Le parc Yoyogi au mois de décembre Le parc Yoyogi au mois de décembre
Le parc Yoyogi au mois de décembre

Les photos ne vous donnent peut-être pas envie de venir, mais durant la période de floraison ou bien au milieu de l'automne, le lieu est totalement différent et vous ne serez pas déçu.

Le parc Yoyogi au mois de décembre Le parc Yoyogi au mois de décembre Le parc Yoyogi au mois de décembre Le parc Yoyogi au mois de décembre
Le parc Yoyogi au mois de décembre

Après avoir fait le tour, mon ventre commence à crier famine. Je me mets donc en quête d'un petit restaurant.

À table

Mon choix va se porter sur un qui est spécialisé sur le poulet. Au menu pour ce midi : escalope de poulet servi avec de l'œuf. À côté, je décide de prendre du kimchi. Je regarde les vidéos de Laurent Caccia, qui est souvent en Corée, et à force de l'entendre en parler, j'ai souhaité goûter. Juste une chose : c'est fort ! Pour une personne comme moi qui n'ai pas habitué, ça pique un peu. ^^

Restaurant à Harajuku Restaurant à Harajuku Restaurant à Harajuku
Le restaurant & prix du plat : 995 ¥ (~ 7 € 45)

Manger au son de la Jpop ce n'est pas mal. En plus, cela faisait longtemps que je n'avais pas pris le temps d'en écouter.

Le parc Ueno

Le ventre rempli, direction le parc de Ueno. Pour la petite anecdote, alors que je cherche mon chemin, avoir mon sens de l'orientation n'aide pas, je suis passé par la rue des love hotel. Le love hotel est, au Japon, un type d'hôtels que l’on peut réserver à l’heure ou à la nuit, offrant de l'intimité et de la discrétion pour des couples afin d'avoir des relations sexuelles : source Wikipedia. Pour information, ils ont de l'imagination sur l'architecture des bâtiments. :)

Après un petit trajet, les portes du parc s'ouvrent à moi. Il ne me reste pas beaucoup de temps avant la tombée de la nuit. Il faut donc que j'en profite un maximum.

Carte du parc Ueno Entrée du parc Ueno
Carte & entrée du parc Ueno

Le parc Ueno est connu pour son zoo, mais pas seulement. Il y a donc son parc où durant la floraison des sakura, le hanami, autrement dit des fleurs de cerisiers, le lieu est pris d'assaut. Pour moi, c'est décembre, donc ce n'est pas la bonne période, mais j'aime aller à contre-courant. Il y a de larges allées goudronnées, puis différents chemins qui partent de part et autres pour mener le marcheur à d'autres lieux dans le parc.

Une des allées du parc Ueno
Une des allées du parc Ueno

Mes jambes me mènent à un premier sanctuaire. Après avoir passé une succession de torii, je me retrouve devant les bâtiments en contrebas. Les torii me rappellent ceux de Kyôto et du Fushimi Inari-Taisha, mais en moins impressionnants bien sûr.

Entrée de torii du parc Ueno Entrée de torii du parc Ueno
Entrée de torii du parc Ueno

Les bâtiments sont d'architecture basique. Simples, ils n'en restent pas moins agréables. J'aime bien ce lieu. Je déambule, je prends quelques photos et j'apprécie l'endroit.

Sanctuaire du parc Ueno Sanctuaire du parc Ueno Sanctuaire du parc Ueno
Sanctuaire du parc Ueno
Sanctuaire du parc Ueno

Reprenant ma marche, je tombe sur un magicien et un violoncelliste. Ce dernier joue merveilleusement bien. Je suis captivé. Je reste un petit moment à l'écouter jouer.

Par la suite, mes jambes me mènent à un second sanctuaire : Ueno Toshogu. Une large allée m'amène jusqu'au bâtiment principal. Avant cela, sur ma droite, une pagode est érigée. Impressionnante ! Elle vaut le détour. Haute et splendide, je reste sans voix.

Entrée du sanctuaire Ueno Toshogu Pagode du sanctuaire Ueno Toshogu
Entrée du sanctuaire Ueno Toshogu et sa pagode

Continuant, différents bâtiments et lanternes sont présents. 48 lanternes pour est précis. Je ne les ai pas comptés. Merci la brochure. :) Ce sont des biens culturels importants national.

Sanctuaire Ueno Toshogu Sanctuaire Ueno Toshogu
Sanctuaire Ueno Toshogu

Enfin, le bâtiment principal se dresse face à moi. Juste waouh ! Cela change niveau architecture et pour cause, la porte est de style chinoise. Construite en 1651, je prends de nombreuses photos, mais aussi je profite d'admirer cette porte et le peu du bâtiment que je peux voir en arrière-plan. Les sculptures sont splendides. Elles sont de Hidari Jingoro. Même si je ne suis pas un adepte du style chinois, l'ensemble rend vraiment bien.

Sanctuaire Ueno Toshogu
Sanctuaire Ueno Toshogu Sanctuaire Ueno Toshogu
Sanctuaire Ueno Toshogu

Je constate que l'on peut avoir accès à d'autres parties moyennant 500 ¥ (~ 3 € 75), mais cela ferme à 16 h et il est plus de 16 h. Dommage pour moi.

Après être resté un petit moment, je quitte les lieux pour me remettre en marche vers de nouvelles découvertes. Alors que je retrouve l'artère principale, je vois qu'il y a des illuminations. Même si au Japon ils ne fêtent pas Noël comme chez nous, retrouver un peu de cet esprit de fête fait chaud au cœur.

Illuminations de Noël au parc Ueno Illuminations de Noël au parc Ueno

Illuminations de Noël au parc Ueno

Je finis par tomber sur un temple : le Kiyomizu-kannondo in Kameiji. Simple, mais beau, je reste un très long moment à l'intérieur. Je m'imprègne du lieu et profite de l'instant présent (les photos étant interdites à l'intérieur, je ne peux que vous proposez une photo du bâtiment.).

Le temple Kiyomizu-kannondo in Kameiji à Ueno
Le temple Kiyomizu-kannondo in Kameiji à Ueno

Après ce long moment de calme, je redescends et me dirige vers ma dernière destination de la journée.

Lanternes à la sortie du parc de Ueno Lanternes à la sortie du parc de Ueno
Lanternes à la sortie du parc de Ueno

Petit marché de Noël

J'ai vu sur Facebook qu'un marché de Noël avait lieu à l'Institut français du Japon à Tokyo. Alors que je suis dans le métro, par pure coïncidence, je retrouve deux personnes avec qui j'ai beaucoup sympathisé lors de la journée à Hakone. Quel plaisir de les retrouver. On décide de terminer le chemin ensemble. La vie fait bien les choses.

Arrivé sur place, tout est illuminé aux couleurs de Noël. Quelques stands sont présents. On retrouve, entre autres, du pâté de campagne, des soins de beauté, du fromage, de la confiserie, des produits tissés à la main, des photos, du vin chaud et j'en passe. En animation, les enfants ont préparé une chorale avec des chants de Noël.

Marché de Noël à l'Institut français du Japon à Tokyo Marché de Noël à l'Institut français du Japon à Tokyo Marché de Noël à l'Institut français du Japon à Tokyo
Marché de Noël à l'Institut français du Japon à Tokyo

Cependant, je suis un peu déçu. Il y a très peu de stands, le tour est très rapidement fait. Je m'attendais à quelque chose de plus grand. Mais j'ignorais que c'était seulement organisé par l'Institut français du Japon. La prochaine fois je lirai plus en détail. Cela explique donc parfaitement le pourquoi du comment.

Après avoir fait plusieurs fois le tour, et visité la librairie, je reste peu de temps sur place. Mais j'aime la magie de Noël. Pouvoir y goûter le temps d'un instant me suffit amplement pour combler ma joie.

Pour ceux que cela intéresse, la librairie propose un très large choix, donc si vous cherchez des livres en Français, l'endroit est parfait.

Pluie, vent très frais, c'est parti pour le retour à la guest house.

Verdict

Au final, je suis retourné à des endroits que je connaissais, mais pour lesquels c'est toujours un plaisir de retourner.

J'ai aussi fait la découverte d'un très beau parc que je ne peux que vous conseiller à vous rendre. Il vaut clairement le détour et vous en avez bien pour un après-midi si vous voulez tout voir tout en prenant votre temps. Qui plus est, si vous comptez faire le zoo, prévoyez la journée, ou presque. Après je suis une personne qui aime prendre son temps dans les parcs ou dans ses visites d'ordre général. Je ne fais pas une course (je le fais assez ailleurs.). J'apprécie aussi de tout voir, ce qui me demande, mécaniquement, plus de temps.

Quant au Meiji-jingu, foncez ! C'est un incontournable de la capitale. Quant à Yoyogi, c'est bien le week-end, après cela reste un parc, et pour l'avoir fait deux fois en semaine, je trouve que cela manque un peu d'animations, ou bien je suis tombé au mauvais moment.

 

Fiche(s) liée(s) à l'article :

Auteur

Benoît

Je suis passionné par le Japon depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours aimé faire partager ma passion. C'est alors que tout naturellement je décide de créer Japan World en 2005.

1 Commentaire

  • olivier
    17 décembre 2017
    Posté par olivier

    Deux parcs que je connais bien et que j'aime tout autant que toi. je n'avais pas encore vu les illuminations de noel dans le parc ueno et elles sont franchement reussies, c'est superbe !

    Rapporter

Laissez un commentaire

En postant un commentaire sur Japan World vous êtes en accord avec ses mentions légales et vous l'autorisez à enregistrer vos données.


À propos

De mon prénom Benoît, je suis un passionné du Japon depuis mes 13 ans. 30 ans au moment où j'écris ces lignes, je ne souhaite qu'une seule chose : assouvir ma passion et surtout la faire partager au plus grand nombre.

Cette passion a commencé, comme pour beaucoup, par les mangas avec Dragon Ball. Mais très rapidement je me suis...

Lire la suite

Publicité