mercredi, 03 janvier 2018 18:00

Le parc Inokashira et les jardins Shinjuku & Rikugi-en

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Direction un parc et deux jardins de la capitale japonaise en plein automne.

Le parc Inokashira

Le matin, je décide de me diriger au parc Inokashira pour bien commencer ma journée. Je suis accueillie par des belles et larges allées. Je constate qu'un petit zoo est ouvert pour quelques yens, 400 (~ 3 €), mais je décide de faire l'impasse sur cette visite.

Entrée du parc Inokashira Entrée du zoo de Inokashira
Entrée du parc Inokashira et celui de son zoo

Les couleurs rougeoyantes sont encore bien vivaces. Le rouge, confondu au jaune, laisse place à un très beau dégradé de couleurs. Sur ma droite de l'eau apporte sa touche finale au lieu.

Couleurs d'automne au parc Inokashira Couleurs d'automne au parc Inokashira Couleurs d'automne au parc Inokashira Couleurs d'automne au parc Inokashira
Couleurs d'automne au parc Inokashira

Route bétonnée, elle m'amène jusqu'à un pont. Des jets d'eau apportent sa petite finition. Très agréable début de visite, je déambule dans les allées. Les feuilles d'automne virevoltent au vent et accompagnent ma marche.

Le parc Inokashira Le parc Inokashira Le parc Inokashira
Le parc Inokashira

On est vendredi, le parc rencontre un petit succès. Il fait beau, pas froid et les couleurs sont au rendez-vous, alors que demander de mieux, autant ne pas se priver. Les rires et les paroles des passants finissent d'apporter son petit charme à cette balade.

Le parc Inokashira Le parc Inokashira Le parc Inokashira Le parc Inokashira

Le parc Inokashira

Je déambule jusqu'à arriver à un petit sanctuaire. J'en fais le tour. L'osmose entre le calme, l'odeur de l'encens et le faible bruit ambiant me donnent droit un véritable et petit moment de quiétude.

Sanctuaire du parc Inokashira Sanctuaire du parc Inokashira
Sanctuaire du parc Inokashira Sanctuaire du parc Inokashira Sanctuaire du parc Inokashira
Sanctuaire du parc Inokashira

Vous pouvez, si vous le souhaitez, faire des balades sur l'eau avec soit un cygne, une barque ou en pédalo pour des tarifs allant de 600 ¥ (~ 4 € 50) les 30 minutes à 700 ¥ (~ 5 € 25) l'heure, pour le moins cher, la barque. Il est donc privilégié de le faire lors de la période de floraison des cerisiers. Cela doit être pris d'assaut, mais cela doit en valoir réellement le coup. Sinon une petite balade entre amoureux, ou pas, se fait tout aussi bien tout le long de l'année.

Activités du parc Inokashira Activités du parc Inokashira
Activités du parc Inokashira

Le parc Nishi-en

Au fur et à mesure de ma marche, je me rends au parc adjacent, le Nishi-en. C'est tout simplement un parc pour faire du sport. J'en fais le tour très rapidement. Cela ne sert à rien de s'y rendre, il n'y a pas grand-chose à voir, comme vous pouvez le constater sur les photos.

Le parc Nishi-en Le parc Nishi-en Le parc Nishi-en
Le parc Nishi-en

À table

2 h après cette belle visite, il est temps de manger. Ma route va croiser celui du restaurant Toriyoshi juste à la sortie du parc Inokashira. Très belle entrée, accompagnée de son jardin, cela donne à l'ensemble un très beau cadre. Alors que je patiente, le temps qu'une place se libère, un Japonais, qui attend lui aussi, m'informe qu'il faut que j'inscrive mon prénom pour indiquer que je patiente. Heureusement qu'il était là, sinon j'aurais pu attendre encore longtemps. ^^ Puis tout naturellement la discussion entre nous deux prend place. Ce sera un mélange entre l'anglais et le japonais, et même parfois avec les mains. J'ai beaucoup apprécié cet échange. On a parlé de la France, entre autres. Ce qui est bien quand on voyage, ce sont les rencontres aussi furtives soient-elles.

Le restaurant Toriyoshi à Musashino Le restaurant Toriyoshi à Musashino
Le restaurant Toriyoshi à Musashino

Alors que c'est mon tour, on m'installe dans un très beau restaurant avec un intérieur très raffiné. Je fais mon choix, la carte étant aussi disponible en anglais, et on m'apporte mon plat très rapidement. Avec pour fond une musique jazzy, je le déguste. J'aime beaucoup ce lieu. C'est très chaleureux. Animé par les discussions alentour, je termine par un petit café. Total de la note : 1,158 ¥ (~ 8 € 70). Honorable. J'ai trouvé cela très bon, comme me l'avait indiqué le Japonais lors de notre échange, et tout cela dans un beau cadre. Tout est parfait.

Le restaurant Toriyoshi à Musashino
Le restaurant Toriyoshi à Musashino Le restaurant Toriyoshi à Musashino
La carte et mon plat au restaurant Toriyoshi à Musashino

Shinjuku Gyoen

Il est temps maintenant de reprendre la route et de me diriger vers ma seconde destination de la journée. Il est 15 h 10, j'arrive à l'entrée du jardin de Shinjuku. Ne m'attendant pas à payer, je m'acquitte de 200 ¥ (~ 1 € 50).

Entrée du Shinjuku Gyoen Entrée du Shinjuku Gyoen
Entrée du Shinjuku Gyoen

Allées bétonnées, un vaste espace s'ouvre à mes yeux avec de l'herbe et de nombreux arbres. Malgré le peu d'explication en anglais, je prends un chemin sur ma droite. Sorti du sentier principal, je me retrouve au milieu de la végétation et de la forêt Hahato-Kono-Mori. Ce n'est pas extraordinaire, mais ce n'était que l'entrée avant le plat principal. Le tour fait, et me laissant aller à ma marche, mes jambes m'amènent au jardin traditionnel japonais. Là j'avoue, à partir de ce moment-là, c'est du haut niveau.

Entrée du Shinjuku Gyoen La forêt Hahato-Kono-Mori La forêt Hahato-Kono-Mori
La forêt Hahato-Kono-Mori

C'est un jardin japonais comme je les aime. Classique, mais d'une beauté... En face de moi une étendue d'eau avec tout autour un chemin où le marcheur est invité à l'entreprendre. Un pond, différents bâtiments, des arbres taillés aux petits soins et des couleurs automnales splendides. Le cadre est clairement de toute beauté. Le mélange des couleurs donne, je présume étant la première fois que je viens, un autre aspect au jardin. C'est magnifique ! Je déambule avec l'appareil photo à la main.

Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen
Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen

En fond il y a les buildings de Shinjuku et moi au milieu de cette verdure. Alors, il se peut que mon cerveau m'a joué des tours, mais je n'ai pas souvenir d'avoir entendu la route (j'écris ces lignes quelques heures après ma visite.). C'est tout aussi surprenant, surtout à Shinjuku. Au pire des cas, ce dernier m'ayant totalement envoûté, j'ai fait abstraction des bruits qui m'entouraient. Puis malgré le bitume présent, je n'ai pas trouvé cela très dérangeant. Certes, cela fait moins "nature", mais rien de bien méchant.

Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen
Le jardin japonais du Shinjuku Gyoen

Donc si vous en avez l'occasion, je vous suggère de faire ce parc lors de la période des koyo. Ça vaut clairement le détour et les photos parlent d'elles-mêmes. Mais si vous venez au printemps, je suppose que cela doit être tout aussi beau.

Je continue ma balade, mais il est 16 h 30, heure de fermeture, ma visite se termine sans que j'aie pu profiter du jardin anglais et sans pouvoir voir le jardin français. Il faut faire attention, cela ferme tôt et donc si vous voulez réellement profiter des lieux, ne venez pas trop tard.

Junkudo

Le magasin Junkudo à Ikebukuro
Le magasin Junkudo à Ikebukuro

Pour le soir, j'ai une dernière visite de prévue. Mais avant, n'étant pas loin de Ikebukuro, je vais profiter pour y faire un saut. Grand lecteur, ma professeur de japonais m'a conseillé d'aller faire un tour à Junkudo. Comme elle avait raison ! Le détour vaut le coup ! Bon, il est vrai qu'en ne lisant pas le japonais, cela ne m'est d'aucune utilité, mais cela n'en reste pas moins impressionnant. Il y a des livres sur des kilomètres. On retrouve même un coin pour la lecture française, mais à 2 200 ¥ (~ 16 € 50) le livre de poche, cela fait un peu beaucoup. Mais qu'importe, si vous êtes sur place et que vous recherchez un peu de lecture, il existe un petit rayon pour les expatriés en manque de lecture dans leur langue maternelle.

Pour la dernière destination de ma journée, il s'agit encore d'un jardin, mais cette fois de nuit. Je l'avais noté en visite à faire à Tokyo, mais quand Oliver de Japan Kudasai m'a informé qu'il ouvrait de nuit en ce moment, dû à la période des koyo, j'en ai profité de changer mes plans. Un jardin de nuit, cela sera une première pour moi.

Rikugi-en

18 h 40 arrivée au jardin Rikugi-en et acquitté de 300 ¥ (~ 2 € 25), avec le petit guide en français fourni, c'est parti pour une visite nocturne. Mais avant cela, petit appel au papa photographe : au secours les photos de nuits, j'ai du mal avec. Comment je procède pour avoir des photos qui ne sont pas flous ? Aide moi. Merci. ^^ Après que mon sauveur m'est tout expliqué, je peux débuter ma visite. J'entre dans un vaste jardin où chaque arbre, ou presque, est éclairé.

Entrée du jardin Rikugi-en Entrée du jardin Rikugi-en
Entrée du jardin Rikugi-en

En face de moi un îlot est entièrement mis en lumière et cela l'est magnifiquement fait. C'est splendide ! Mode trépied, c'est le moment de prendre les photos. Il y a beaucoup de monde, il est compliqué parfois de se faire une petite place, mais qu'importe, le décor vaut le détour. Je continue ma marche toujours en essayant de faire de belles photos. Je profite du paysage, mais toujours avec cette idée derrière la tête.

Chemin de terre, pont, chemins éclairés, arbres mis en valeur du fait du jeu des lumières avec les couleurs, un pont qui offre un tout autre regard, des jeux de lumière sous fond de musique apaisante, tout est présent pour mettre en valeur le jardin.

Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit
Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit

Différents bâtiments pour se détendre avec un bon thé sont mis à notre disposition, moyennant quelques yens. Il en est de même avec la nourriture. Puis si le cœur vous en dit, il reste la boutique souvenirs. Je déambule la tête entre l'appareil photo et à admirer cette nature. De temps en temps, cela parle français autour de moi. Les températures baissent, je commence à avoir froid. Mais tout va bien, j'ai terminé mon tour.

Cependant, en rangeant le matériel photo, je trouve que je n'ai pas assez profité des lieux en tant que marcheur, mais plus en tant que photographe amateur. Il me reste du temps avant la fermeture. Ni une ni deux, je décide de refaire un tour. Tant pis pour le froid, on se réchauffera plus tard. Toujours entouré de nombreuses personnes qui visitent, cela apporte de la vie au lieu. Je marche, mais cette fois en prenant encore plus le temps à contempler le paysage qui m'entoure. Je vois des choses que je n'avais pas vues lors de mon premier passage. Mon regard est plus précis et j'apprécie tout autant la découverte.

Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit
Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit

La couleur automnale ainsi mise en valeur n'a pas du tout la même image. Cela l'est tout autant, mais sous un autre aspect. J'y porte un regard différent. Puis la marche aidant, mon esprit se met de temps en temps à partir dans des contrés lointaine ou bien je pars dans différentes réflexions, puis je reviens au moment présent. 

Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit
Le jardin Rikugi-en éclairé de nuit

20 h 45, il est temps de quitter les lieux. Un peu plus de 2 h sur place, j'en ai bien profité. Mais j'aimerai, si je le peux, le faire de jour afin de voir la différence entre les deux moments de la journée.

Si vous avez l'occasion, je ne peux que vous conseiller d'y aller. Au tout début, je ne trouvais pas cela extraordinaire, mais au fil de ma marche, cela est devenu tout le contraire.

1 h plus tard, je suis arrivé. Je mange et bonjour Morphée.

Auteur

Benoît

Je suis passionné par le Japon depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours aimé faire partager ma passion. C'est alors que tout naturellement je décide de créer Japan World en 2005.

Laissez un commentaire

En postant un commentaire sur Japan World vous êtes en accord avec ses mentions légales et vous l'autorisez à enregistrer vos données.


À propos

De mon prénom Benoît, je suis un passionné du Japon depuis mes 13 ans. 30 ans au moment où j'écris ces lignes, je ne souhaite qu'une seule chose : assouvir ma passion et surtout la faire partager au plus grand nombre.

Cette passion a commencé, comme pour beaucoup, par les mangas avec Dragon Ball. Mais très rapidement je me suis...

Lire la suite

Publicité