dimanche, 10 décembre 2017 18:00

Sortie du dimanche dans la verdure tokyoïte

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Vent très frais ce matin, il pique un peu.

Mais qu'importe, on est dimanche et après 3 jours sur l'ordinateur à travailler, j'ai besoin de sortir et de me changer les idées.

Arisugawa No Miya Memorial

Après 1 h de transport, je me trouve devant le parc que je souhaite visiter : Arisugawa No Miya Memorial. Grand et encore un peu vert, mais avec de belles couleurs d'automne, il n'y a pas à dire, au premier regard il me plaît. Je ne m'attendais pas à cela. L'effet de surprise est au rendez-vous. Je suis aussi peut-être arrivé par la meilleure des entrées. En face de moi se dresse un bassin d'eau avec pour fond les couleurs rougeoyantes des arbres qui donnent droit à une belle carte postale. Le paysage me ravit.

Une des entrée du Arisugawa No Miya Memorial
Une des entrée du Arisugawa No Miya Memorial

Je décide donc de poursuivre ma visite en déambulant dans les allées. Chemins de pierres, arbres aux racines impressionnantes, couleurs automnales, ponts, le bruit de l'eau qui coule avec la cascade, j'aime ce coin de verdure au cœur de la capitale. C'est un parc des plus agréables pour un dimanche matin.

Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial
Le parc Arisugawa No Miya Memorial

Un joueur de violon, le cri des enfants, le chant des oiseaux et ce vent froid fait que ma balade se passe de la meilleure des manières. Qui plus est, pour un dimanche, je trouve qu'il n'y a pas beaucoup de monde.

Je profite du parc une bonne heure. C'est toujours un réel plaisir que de se retrouver au milieu de la nature.

Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial Arisugawa No Miya Memorial
Le parc Arisugawa No Miya Memorial

Deux enseignes françaises

L'heure tourne, il est temps de se rendre à ma seconde destination. Souhaitant marcher, je décide de m'y rendre à pied. J'en ai, d'après mon GPS, pour 50 minutes. Sur la route, je me retrouve devant deux magasins français. C'est drôle. Je décide de faire quelques courses. Ce n'est guère intéressant, mais j'avais envie de souligner le fait que les magasins français sont aussi présents dans la capitale. ^^

Bio c' Bon et Picard à Tokyo Bio c' Bon et Picard à Tokyo
Bio c' Bon et Picard à Tokyo

Achat du billet pour les studios Ghibli

Je reprends ma route. Une fois arrivé à destination, il est 13 h passé et je n'ai toujours pas mangé. Cependant, il n'y a pas un seul restaurant à la ronde... Je décide donc de me mettre en quête. Puis je me souviens que je dois acheter un billet pour un musée que je souhaite visiter avant de quitter la capitale : le musée Ghibli.

Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est un musée dédié aux studios japonais du même nom et connu mondialement. Mais pour acquérir les billets soit on passe par internet ou bien sur les bornes des magasins japonais Lawson (bien sûr, tout est écrit en Japonais.). Ce qu'il faut savoir, c'est que ces billets sont en vente le 10 de chaque mois et ceci pour la totalité du mois qui suit. Autrement dit, ils partent très vite, du moins sur internet. Si l'on ne saute pas sur l'occasion le jour même, c'est compliqué d'en avoir, du moins c'est l'idée que je m'en faisais avant ce jour. Cependant, cela doit être le cas lors des mois de vacances comme l'été, par exemple. Je pensais donc tout naturellement repartir bredouille. Mais que fut ma surprise quand j'ai vu qu'il restait encore de nombreuses dates disponibles. Que du bonheur ! Bon maintenant challenge : arriver à réserver quand tout est écrit en Japonais. :D 35 minutes plus tard, et avec l'aide du site web Voyapon.com, j'ai le fameux sésame ! Pour 1 000 yen (~7 € 6), j'ai mon billet. Je remercie encore le site pour son tutoriel.

Donc pour ceux que cela intéresse, j'y suis allé le 19 novembre alors que l'ouverture de la billetterie est le 10 de chaque mois. Soit 9 jours après, il restait encore de la place. Je ne vous dis pas de jouer avec le feu, comme moi, si vous voulez y aller. Simplement qu'il est tout à fait possible d'en avoir facilement en période dite creuse. Je vous raconterai donc ma visite lors d'un futur article.

Il est l'heure de manger

Après cette excellente nouvelle, on va quand même penser à manger. Je tombe sur une cuisine d'Okinawa, du moins je le présume au vu de la musique qui me fait me souvenir un drama japonais qui se déroule là-bas. C'est une première pour moi.

Verdict : ce que j'ai mangé, j'ai trouvé cela vraiment bon. Pour seulement 980 yens, je me suis régalé. On mange bien au Japon et pour vraiment pas cher.

Restaurant Taketomi Jima à Ginza, Tokyo
Un des plats servi au restaurant Taketomi Jima à Ginza, Tokyo

Ps: après vérification sur internet, il s'agit bien d'un cuisine d'Okinawa.

Le jardin Hama-rikyu

Le ventre rempli, direction ma dernière destination de mon dimanche avant la tombée de la nuit. Il s'agit du jardin Hama-rikyu. Il est en lien avec un précédent dont je vous avais déjà parlé. Je vous remets le lien ici : Les tours de la capitale Japonaise et un jardin. Acquitté de 300 yens, le jardin s'offre à mes yeux. Divisé en deux parties, je ne suis pas subjugué par celle où j'arrive. C'est vraiment joli, mais pas de quoi me laisser un souvenir indélébile. Je décide de revenir plus tard quand, notamment, je partirai. Je finirai par cette partie.

Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu
Le jardin Hama-rikyu

Puis voici que j'arrive sur la seconde partie et cette fois-ci le spectacle ne se fait pas mentir, il est tout simplement splendide. Un paysage qui de suite me tape à l'œil. J'aime sa disposition, mais surtout le panorama qui m'est proposé. Tout est épuré, dans le détail et dans le style typiquement japonais. Au fil de ma marche je me retrouve face à une maison de thé où différentes explications nous sont données sur son élaboration et sa reconstitution à l'identique, et ceci même en anglais, chose qui est appréciable.

Le salon de thé reconstitué du jardin Hama-rikyu Le salon de thé reconstitué du jardin Hama-rikyu Le salon de thé reconstitué du jardin Hama-rikyu
Le salon de thé reconstitué du jardin Hama-rikyu

Je passe un pont, une autre maison de thé est présente, mais cette fois-ci on peut s'y arrêter pour y déguster une tasse de thé. Cependant, l'attente est un peu longue. Mais la vue qui est proposée aux clients mérite complètement cette attente.

Le salon de thé du jardin Hama-rikyu Le salon de thé du jardin Hama-rikyu
Le salon de thé du jardin Hama-rikyu

Je continue mon chemin. Ma ballade est des plus agréables. Il y a du monde, mais au vu des larges allées, cela n'est en aucun cas dérangeant, bien au contraire. Les rires des enfants ainsi que les échanges qui viennent à mes oreilles dans différentes langues apportent de l'animation, mais surtout de la vie aux lieux. Le bruit des corbeaux, des oiseaux et de temps en temps de la route termine la symphonie. Je continue ma marche et je profite de la chance que j'ai d'être ici. Je profite du spectacle.

Je fais le tour de ce jardin entouré de building plus grand les uns des autres. Puis la marche aidant, j'en viens à mener une réflexion personnelle. Je me pose des questions tout en ayant de la gratitude d'être ici. Puis le temps passe, je fais un second tour. Je passe près de l'eau. J'aime beaucoup ce lieu. On retrouve le jardin japonais, mais dans sa façon la plus simple et j'aime cette simplicité. Ce n'est pas un jardin sec, mais ce style me plaît tout autant. Je continue cette réflexion entamée tout en profitant du lieu. L'heure tourne. Après avoir déambulé dans ce magnifique cadre a admirer ce qui m'entoure et à laisser parler mes idées, c'est l'heure de fermeture.

Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu Le jardin Hama-rikyu
Le jardin Hama-rikyu

Verdict

1 h 45 que j'y suis, je n'ai pas vu l'heure tourner. Il fait nuit, il va donc être temps de rentrer. Je me dirige vers la gare. Ce fut un beau dimanche avec deux belles découvertes. Même si la seconde surpasse largement la première. Mais cela ne lui enlève en rien son charme et le fait que j'ai très apprécié ma ballade aussi.

Cependant, s'il fallait faire un choix, je ne peux que vous conseiller en priorité le jardin Hama-rikyu. Il vaut clairement le détour et pour 300 yens, vous ne serez pas déçu. Il est spacieux, il y a de nombreuses choses à découvrir et de quoi satisfaire vos attentes en terme de verdure et de jardin. J'en suis ressorti très séduit. Ce qu'il faut savoir, c'est que je suis amoureux de la nature, donc dès que je peux m'en rapprocher ce n'est que du bonheur.

Auteur

Benoît

Je suis passionné par le Japon depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours aimé faire partager ma passion. C'est alors que tout naturellement je décide de créer Japan World en 2005.

Laissez un commentaire

En postant un commentaire sur Japan World vous êtes en accord avec ses mentions légales et vous l'autorisez à enregistrer vos données.


À propos

De mon prénom Benoît, je suis un passionné du Japon depuis mes 13 ans. 30 ans au moment où j'écris ces lignes, je ne souhaite qu'une seule chose : assouvir ma passion et surtout la faire partager au plus grand nombre.

Cette passion a commencé, comme pour beaucoup, par les mangas avec Dragon Ball. Mais très rapidement je me suis...

Lire la suite

Publicité