dimanche, 19 novembre 2017 18:00

#4 1er mois, on fait le bilan

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Arrivé le 19 octobre par une journée pluvieuse, c'était parti pour une année au pays du Soleil-Levant.

Alors qu'un typhon était proche des côtes japonaises, je ne savais pas trop à quoi m'attendre pour cette future année qui allait s'écouler. Je n'y étais allé qu'une seule fois auparavant et ceci durant 15 jours. J'avais bien de nombreuses informations grâce à mes différentes lectures de livres, d'articles, sur les sites web, de documentaires vus, et j'en passe. Mais entre l'apprentissage et le vécu, il existe un réel fossé.

Le jour de mon arrivée sur le sol Japonais pour une année en visa Working Holiday
Le jour de mon arrivée sur le sol Japonais pour une année en visa Working Holiday

Cet article ne sera que mon retour d'expériences. Il n'aura aucune vocation à être la vérité absolue. Chacun a sa vision des choses. On ne perçoit pas les choses de la même façon en fonction de notre vécu et de nos idées. Je vais simplement donner mon retour sur ce premier mois en immersion en visa working holiday tout en sachant que je reste un touriste. Je ne travaille pas pour le moment dans une société japonaise.

Vous aurez donc l’œil extérieur d'un jeune homme de 30 ans du prénom de Benoît qui aime beaucoup ce pays et qui a décidé de vous faire un petit bilan de son premier mois sur place.

Qu'est-ce que j'ai fait ?

Actuellement, comme je ne souhaite pas rester dans la capitale japonaise, n'étant pas un lieu fait pour moi, je n'ai fait aucune recherche de travail. J'avais bien des entretiens, du moins je devais prévenir les sociétés en question dès mon arrivée sur le sol japonais, mais après réflexion, ne souhaitant pas rester, je n'allais pas m'engager dans quelque chose où au final je savais d'ores et déjà que je n'allais pas rester. Cela n'aurait pas été agréable pour l'entreprise en question et pour moi cela ne serait pas en accord avec mes principes.

J'en ai donc profité pour faire le touriste. Vous trouverez les différents lieux que j'ai eu la chance de voir dans la rubrique : Mes excursions. D'autres sont prévus dans les semaines à venir. Comme je ne souhaite pas être trop envahissant, je suis parti sur un rythme de 2 articles par semaine. J'ai donc de l'avance concernant la rédaction. Cela me laissant aussi le temps de m'occuper des autres sites web de Japan World.

Je vous parle aussi de Mon quotidien. La raison principale et ultime de ce blog a pour objet de vous faire découvrir ce que je découvre et vous donner envie à votre tour aussi de venir voir tout cela de vos propres yeux. Mais aussi qu'il existe une réalité : le quotidien. Quand on reste sur une longue période comme celle-ci, c'est quelque chose qui s'installe tout naturellement. Puis je pense que cela doit être la même chose quand on part sur 3 mois, durée maximale avec un visa touristique, où là encore, à moins de pouvoir sortir tous les jours, un petit quotidien s'installe aussi à son tour.

Puis je me suis aussi occupé d'une chose importante : les papiers. Moment obligatoire, plus vite je m'en occupais, plus vite je serais débarrassé. Ce fut, il faut l'avouer, un peu chaotique. Ne parlant pas Japonais, ou du moins j'arrive à sortir quelques phrases, et ayant un anglais guère élevé, il n'a pas été facile de tout le temps se faire comprendre. Cependant, je n'aime pas abandonner et je ne me laisse pas abattre. C'est donc tout naturellement que je suis arrivé à tout boucler. Il m'a fallu du temps de tout bien comprendre et cerner, mais au final "normalement" tout est bouclé. C'est le genre de chose un peu ennuyante à faire, mais quand on part pour une longue durée dans un pays étranger, c'est la chose par laquelle on est obligé de passer et peu importe le pays.

Mon ressenti

Il faut être franc, j'ai eu droit au petit coup de blues tant attendu. Cependant, je m'attendais à l'avoir plus tard, mais quand on se retrouve à courir de partout, à ne pas arriver à se faire comprendre et à se demander comment on va s'en sortir, au bout d'un moment cela fait un petit peu trop. ^^ Mais quand on décide de retrouver son calme et prendre chaque élément un par un, tout de suite on n'y voit plus clair et les solutions arrivent tout naturellement. J'avais aussi encore quelques déboires avec des papiers en France, mais là encore tout c'est réglé.

Autrement, pour le moment, je m'y sens bien. Je n'ai que le regard d'un touriste, et actuellement cela me convient parfaitement. Je ne vais pas dire que c'est comme si j'étais chez moi, mais mon adaptation s'est faite relativement rapidement. Je trouve les Japonais très chaleureux et présents si l'on a besoin d'aide (même parfois sans rien demander.). Après comme partout, il y a aussi des gens mal lunés ou bien cela n'est pas leur jour, comme cela m'arrive aussi, etc. Je ne m'y attarde pas. C'est universel.

Dans ma guest house j'ai très rapidement pris mes marques, alors que cela était une grande première pour moi. Ensuite, il reste encore cette foutue barrière de la langue, mais on va tenter d'y remédier dans les mois à venir. :)

La nourriture

Je vais commencer par un point pour lequel j'apporte une importance de premier ordre : la santé. Tout cela pour en venir au point suivant : la nourriture. Je fais très attention à mon alimentation, alors quand tu arrives dans un pays étranger sans arriver à lire les étiquettes... bonjour l'angoisse. Les premières semaines, cela fut très compliqué d'arriver à trouver mes repères. Je mange beaucoup de légumes et de fruits. Pour ce dernier, mon portefeuille comprend sa douleur. Ce qu'il faut savoir, c'est que les fruits ne sont pas consommés comme chez nous. Sans vouloir généraliser, ils sont très souvent offerts et donc ils doivent être des plus parfait possible.

Depuis mon enfance, je suis habitué à terminer mon repas par un fruit. Puis mon petit-déjeuner ne contient exclusivement que des fruits. Il m'a fallu donc m'y habituer. Mais on trouve facilement des fruits, dits de consommation quotidienne, sans réellement se ruiner. Ce fut donc une idée préconçue qui fut balayée de mon cerveau. Je bois aussi de nombreux jus de légumes, mais de ce côté-ci après des recherches, j'ai aussi trouvé mon bonheur. Bon, il va de soi qu'il n'y a que très peu de fromages ou si l'on en trouve, du moins le Français, il faut se ruiner (cf. la photo ci-dessous.). Autant pour moi, je n'en mange pas.

Le fromage au Japon Le fromage au Japon
Le fromage au Japon où, au cours actuel, sur la première image cela fait ~ 8 € 70 et la seconde ~ 18 € 30

Les supermarchés, connus comme on peut les connaître en France, ne courent vraiment pas les rues au Japon. Vers chez moi, il me faut 20 minutes de marche pour y arriver. Il est sur plusieurs étages et permet de tout faire d'un coup (je n'aime pas perdre mon temps.). Mais il est vrai que les Japonais sont habitués, de ce que j'ai cru comprendre, à faire leurs courses dans différents magasins et ceci petit à petit (sans doute, dû au manque de place.). Pour l'anecdote, je bois presque 2 L d'eau par jour et les packs d'eau n'existent pas. :D Mais à côté de cela, on retrouve ce que l'on appelle les konbini et qui sont ouverts 24h/24 et 7j/7. C'est très appréciable. Il en est de même pour certains restaurants ou bien ces derniers ont une plage horaire défiant toute concurrence en comparaison de la France. Manger à 15 h ou 17 h, ne pose aucun souci.

Autrement, cela change complètement de ce que l'on peut manger en France. Mais cela me permet de découvrir de nouveaux mets. Certains m'ont totalement séduits, d'autres un peu moins. Mais j'aime cette découverte de ne pas savoir ce que tu achètes, ou du moins croire comprendre, puis au final cela est complètement l'opposé. Ou tout simplement que cela n'a vraiment rien à voir. Cet effet de surprise fait tout le charme d'un touriste qui part à la découverte. Je ne suis pas cuisinier pour 4 sous, mais j'essaye de nouvelles choses chaque semaine. Puis quand je sors, je fais aussi en sorte de manger différemment dans les restaurants. On retrouve là encore le charme de ne pas toujours comprendre ce que l'on commande, mais qu'importe, je suis sur place pour découvrir et m'imprégner de cette culture, et cela passe par la nourriture.

Mes premières fois

Faire la lessive quand tout est écrit en japonais... bonjour l'angoisse. J'avais peur de ne pas retrouver mes habits comme je les avais mis à l'origine dans le lave-linge. C'est donc avec patience que j'ai scruté le web à la recherche d'informations afin de faire une lessive la plus normale possible. C'est là que j'ai appris que cela lavait à froid. Le moins que l'on puisse dire, c'est que cela est moins efficace que chez nous. Quant à lessive ? Je ne suis pas fou. :) J'ai retrouvé une valeur sûre connue dans notre très cher pays la France : Ariel. Au moins, je suis sûr de ne pas me tromper.

La machine à laver au Japon La machine à laver au Japon
La machine à laver au Japon

On en vient tout naturellement à l'étendoir à linge. La première fois dans ma tête : mais comment ce truc fonctionne ? Puis au final, j'ai fait comme je pensais juste. C'est comme ça que les Japonais font ? Aucune idée, mais du moins que mes vêtements sèchent, c'est le principal. :)

L’étendoir à linge au Japon L’étendoir à linge au Japon L’étendoir à linge au Japon
L’étendoir à linge au Japon

J'ai aussi subi mon premier tremblement de terre. L'épicentre était loin et il s'agissait d'un de magnitude 3.0, mais je dois avouer que la première fois, cela fait très bizarre. Je me suis demandé ce qu'il se passait. Les murs bougeaient tout seuls. Puis au second, même si l'effet de surprise était toujours présent, cela était moindre à comparaison du premier.

En vrac

Trop de sacs ! Je suis la première personne à faire attention à notre chère planète, alors quand je vois que l'on nous donne un sac pour la moindre chose... cela m'attriste un peu. En exemples, j'achète 3 bananes, qui sont elles-mêmes emballées. Quand j'arrive en caisse, on me donne un sac pour les transporter. Quand j'achète un petit en-cas chaud, en plus de le mettre dans du papier, ce qui est normal, on me propose un sac. Tout est emballé ou presque. Vous trouverez des légumes emballés ou des fruits emballés, entre autres. Cela change complètement de la France, mais dans le côté beaucoup moins positif de la chose. Je fais donc en sorte d'avoir toujours un sac sur moi afin d'éviter le gaspillage. Quand je refuse un sac plastique en caisse, parfois, on ne me comprend pas.

Concernant les horaires, j'ai été étonnée de celle de la poste japonaise. Ils m'ont livré un courrier un dimanche. Sur leur site web, je choisis la plage horaire qui me convient et le postier arrive à l'heure que j'ai souhaité. o_O Tout ceci pour en venir à la ponctualité japonaise. Cela semble le cas pour la poste, mais cela l'est encore plus pour les transports et notamment les trains. Google Map m'informe de prendre le train de 9 h 18, à 9 h 18 le train est là et repart. S'il est en avance, il attend l'heure officielle pour repartir. Puis si du retard est présent, même quelques minutes, la compagnie s'excuse. De ce côté-ci, je suis très impressionné. Cela est un tout petit moins vrai pour les bus où, parfois, j'ai attendu, enfin attendre... c'est un bien grand mot, quelques minutes. Mais quand on commence à s'habituer, cela devient vite viral. Cependant, tout ceci à un coût : le prix des transports. Les forfaits n'existant pas, on peut très facilement se ruiner si on les prend souvent. Ce qui implique que je marche énormément.

Je vais rester dans les transports et je trouve que le calme qui y règne est impressionnant. Attention, c'est loin d'être toujours le cas, mais quand cela arrive, je dirais souvent, cela m'impressionne toujours autant.

Pour les petites anecdotes, il y a l'ouverture des boîtes d'œufs. La première fois, je n'ai pas compris son fonctionnement. J'ai été obligé de regarder faire une personne de la guest house. Il y a aussi quand les Japonais mangent certaines pâtes, ils le font dans le bruit. Pour moi, cela est impossible. Je ne peux faire du bruit en mangeant. Mais je ne remets en aucun cas en cause leur manière de faire, bien au contraire. C'est simplement propre à moi et l'éducation que j'ai eue. Enfin, les mouchoirs... les Japonais ne se mouchent pas et donc ils reniflent sans cesse. Je vous laisse donc imaginer en plein hiver. :) C'est très agréable.

La boites d’œuf au Japon
L'ouverture des boites d’œuf, un simple autocollant et non le système de "ventouse" comme l'on peut avoir en France.

Il y a aussi le moment où quand il y a des travaux ou une construction. Dès que cela empiète sur la route ou le trottoir, il y a toujours des gens qui font la circulation, même dans les petites rues près de chez moi. Deux personnes, ou plus, restent stoïques et indiquent quand il faut passer ou ils bloquent la circulation au besoin. Il en est de même pour les sorties des camions de chantier. Question sécurité, je trouve cela super. Mais pour certains cas, je cherche à en comprendre l'utilité.

On trouve aussi très souvent des toilettes. C'est quelque chose qui, je trouve, manque en France. Sans aucun rapport, ce qui peut-être aussi appréciable, c'est que bon nombre de magasins sont ouverts le dimanche. Je ne sors pas tous les dimanches, mais quand cela est le cas et que j'ai besoin de quelque chose, étant de Dijon, cela change la vie. ^^

Enfin, la capitale est grande. Les transports pour comprendre quelque chose ce n'est pas des plus facile. C'est donc tout naturellement que je me perds très souvent. Rien de grave, car cela m'arrive aussi en France. Moi et mon sens de l'orientation, tout un monde. ^^

En conclusion

Tout ceci n'a pas pour but de valoriser ou dévaloriser le pays ou qui que ce soit. C'est simplement mon petit retour de Français qui arrive dans le pays avec ses idées, ses habitudes et qui essayent de faire en sorte de s'acclimater tout en gardant ses valeurs qui lui sont propres. Le mot parfait n'existe pas, je ne le suis pas, la France ne l'est pas, ni le Japon. Mais de mon œil de PVTiste, je vois les choses d'une autre façon et je vous en fais par. Ce pays, je ne peux le connaître en un mois. Même si j'ai 17 ans de passion, il m'en reste énormément à découvrir et à apprendre, mais je ne demande que ça. Ce pays continue de me fasciner et je l'espère pour longtemps. Chacun a sa culture, étant un étranger c'est à moi de m'adapter, mais tout en gardant mes valeurs.

Encore un petit mois dans la capitale japonaise et après destination... surprise. ^^

Auteur

Benoît

Je suis passionné par le Japon depuis mon plus jeune âge. J'ai toujours aimé faire partager ma passion. C'est alors que tout naturellement je décide de créer Japan World en 2005.

1 Commentaire

Laissez un commentaire

En postant un commentaire sur Japan World vous êtes en accord avec ses mentions légales et vous l'autorisez à enregistrer vos données.


À propos

De mon prénom Benoît, je suis un passionné du Japon depuis mes 13 ans. 30 ans au moment où j'écris ces lignes, je ne souhaite qu'une seule chose : assouvir ma passion et surtout la faire partager au plus grand nombre.

Cette passion a commencé, comme pour beaucoup, par les mangas avec Dragon Ball. Mais très rapidement je me suis...

Lire la suite

Publicité

Japan World : Voyage utilise des cookies afin d'améliorer le site web. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.

Pour en savoir davantage sur l'utilisation des cookies : Mentions Légales.